Conférence Frère Marcel Durrer

  • Quand
    mardi 28.06.2022 20:00-21:30
  • Lieu
    Centre de la Part-Dieu, Vevey
  • Type
    Conférence

  • Télécharger le fichier .ics (Ajouter un rendez-vous à Outlook ou iCal)

Conférence Frère Marcel Durrer

Lieu

Centre paroissial de la Part-Dieu (à côté de l'église Notre-Dame)

Prix

Entrée libre - collecte

 

Sujet

La synodalité au service de notre humanité blessée – Une perspective franciscaine

 

Biographie

Frère Marcel Durrer, veveysan a passé sa maturité au collège de Saint-Maurice, puis a obtenu sa licence de théologie à l’Université de Fribourg. Il est parti deux ans à Rome, pour y étudier les sciences bibliques. Il est entré dans la communauté des capucins en 1971. Il a travaillé dans l’Animation biblique œcuménique romande depuis 1978 et depuis 1985 au Centre catholique romand de formation permanente (CCRFP) devenu CCRFE. Il continue d’exercer le ministère de superviseur pastoral. Depuis 1992, il habite à St-Maurice où il prend part avec des laïcs franciscains au Projet Souffle d’Assise qui offre des propositions de formation à la spiritualité franciscaine à l’Hôtellerie franciscain et au Couvent de St-Maurice.

Quelle est votre spiritualité ?
Je suis capucin et par conséquent de spiritualité franciscaine. Je marche à la suite de saint François et de sainte Claire. Cette spiritualité franciscaine détermine une manière de se positionner vis-à-vis de Dieu et de l’être humain.
Cette position de fraternité ne donne pas l’idée d’une domination. Au contraire, dans notre relation avec Dieu nous le considérons comme souverain, mais pauvre.
Cette relation de simplicité s’applique à toutes les personnes que je rencontre, d’où le nom de frère que nous portons. J’agis de manière à ce que l’autre puisse me reconnaître comme un frère et m’appeler ainsi. Dans le domaine de la supervision, cette attitude permet aux personnes que je rencontre de trouver comment croître humainement, spirituellement et s’épanouir dans leurs ministères.

Quel est le mouvement qui vous inspire ?
La référence pour tout franciscain est saint François et sainte Claire. Il faut lire la vie de ces deux saints avec le regard de saint Bonaventure qui a relu l’expérience de François d’Assise comme un chemin spirituel. Il a compris que l’accomplissement de la vie de François d’Assise se fait dans la réception du Christ crucifié. La vitalité spirituelle de saint François est d’être entré dans le dynamisme trinitaire : du Père émane la Parole, le crée et le Fils ; le Fils est l’exemplarité qui montre qui est le Père ; l’Esprit est le don absolu qui est le retour au Père.
Notre perspective est d’entrer dans ce type de relation ‘communionnelle’ dans laquelle il n’y a ni domination, ni privation. L’humanité peut ainsi entrer dans l’accomplissement de la création. Ce qui est montré c’est la nature relue avec une herméneutique de l’accomplissement de la vie reçue de l’autre.

Où et comment vous ressourcez-vous ?
Les capucins sont issus de la réforme de la famille franciscaine qui a eu lieu en 1528. Deux frères étaient les artisans de cette réforme, l’un était ermite, l’autre prédicateur. Ce sont également les deux lieux de notre ressourcement. Le premier lieu est l’oraison mentale. Prendre une Parole et la faire descendre dans l’ensemble de sa personne, comme le faisait le frère laïc Nazareno. Partant en montagne, il méditait pendant 2 mois la parole « marche en ma présence ». Redescendu au couvent, les personnes qui désiraient recevoir ses conseils étaient si nombreuses, que le gardien devait limiter à 6 heures par jour le temps des visites.
Le deuxième lieu de notre ressourcement est la prédication populaire. Nous avons à rendre accessible le message de la Bonne Nouvelle. Nous avons à aider les gens à cheminer spirituellement, à croître dans la foi. Nous avons à proposer aux personnes un chemin spirituel, sacramentel, humain. C’est une pastorale d’engendrement.